FERMETURE DU FORUM
Vous trouverez les informations quant à cette décision par ici.

 :: Les mondes magiques :: La forêt enchantée :: Le palais de la Ténébreuse Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

En cours | Un monde sans magie - Gemma & Alexis

avatar
Gemma Harrison
Aurore - La Ténébreuse
Messages : 20
Date d'inscription : 19/11/2017
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Nov 2017 - 10:27
Un monde sans magie
Aurore la Ténébreuse | Alice du pays des merveilles
Royaume enchanté, quinze ans plus tôt.

Le palais était calme. Fait plutôt rare quand Aurore était présente. Elle trouvait toujours de quoi s'occuper, un trait de caractère qu'elle avait été forcée de développer avec la venue des pouvoirs du Ténébreux. Sans sommeil, le temps pouvait paraître bien long si on ne savait pas se distraire. Heureusement pour la reine, la raison même qui l'avait poussé à devenir la plus puissante des mages noires du royaume était amplement suffisante pour qu'elle voit son temps précieusement dépensé.

Pourtant, comme tous les Ténébreux, elle ne pouvait jamais résister à l'appel de la magie. Elle avait beau tenté de rester concentrer sur sa tâche principale, elle finissait toujours par s'éloigner en cours de route du chemin qu'elle s'était tracée. Impossible pour elle de tourner le dos à une telle tentation, à cette envie de plonger les gens dans la noirceur avec elle. Alors chaque fois qu'on venait la voir avec un problème en main, Aurore s'amusait de voir même les plus pures succomber à la tentation de requérir l'aide du Ténébreux. Et elle les aidait, chaque fois. Mais comme tous savent dans ce royaume, la magie venait toujours avec un prix. Et la sienne était loin d'être la plus abordable.

« Quand vas-tu arrêter de rester assise à ne rien faire ? Tu pourrais accomplir bien plus en te levant de cette chaise. »

La voix brisa le silence qui régnait dans la pièce depuis de longues minutes déjà. Aurore n'en était pas surprise, déjà parce qu'il en fallait bien plus pour surprendre la Ténébreuse, mais aussi parce que cette présence, elle y était habituée. Sans le moindre mouvement à l'égard du concerné, la jeune femme lui répondit d'un ton froid, comme à chaque fois qu'ils conversaient ensemble.

« Quand est-ce que tu vas me laisser tranquille ? Je n'ai plus besoin de ton aide. »

Le rire qu'il émit aurait presque suffit comme réponse, mais il ne pouvait s'empêcher de se réexpliquer encore une fois.

« Que tu crois, très chère. On a déjà eu cette conversation. Tant que tu combattras la noirceur, je vais être ici. Tu es une excellente mage et je n'ai plus rien à t'apprendre sur le sujet, c'est vrai, mais on sait tous les deux que ce n'est pas pour cela que je reste. Chaque fois que tu vas rejoindre cette... chose dans son sommeil pour passer du temps avec elle, tu en ressors complètement différente. Luttant contre ta noirceur. Tu devrais te débarrasser d'elle, c'est un fardeau, quand est-ce que tu vas le comprendre. »

Comme chaque fois qu'ils avaient cette conversation, la réaction d'Aurore était violente. Elle se leva avec fureur, renversant la chaise sur laquelle elle était assise dans l'impacte. Ses pas vers l'homme était rapide et si elle avait pu le tuer, elle l'aurait fait dans l'instant. Mais il n'était que le fruit de sa noirceur, des murmures qui prenaient la forme de ses prédécesseurs pour la plonger encore un peu plus dans les ténèbres. Elle aurait dû ne plus l'entendre des décennies plus tôt, mais il semblait que la présence de sa fille nuisait à son cheminement bien plus que ce qu'avait connu les autres Ténébreux.

« À ta place je me la fermerais. Si je dois trouver un moyen de te ressusciter pour t'arracher le cœur et te faire, crois-moi, je n'y vois aucun problème. »

Ses pensées dévièrent cependant de son problème quand des murmures envahirent son esprit. Quelqu'un approchait. Elle pouvait entendre les désirs les plus profonds de l'enfant se répercuter contre son crâne, un don qu'elle regrettait parfois d'avoir arraché au sorcier qui le possédait avant elle. À côté, la forme qu'avait pris sa noirceur riait encore une fois, se moquant d'Aurore et de ses menaces.

« On sait tous les deux que cela ne me fera pas partir. Si tu veux me faire disparaître, alors tu dois arrêter d'être le Ténébreux ou l'être complètement. Peut-être que c'est ton inconscience qui te fait dire ça, mais bon, pour l'instant, tu as un visiteur. »

Elle aurait bien aimé l'étrangler, mais elle se contenta de lever la main en travers l'image que prenait ses pouvoirs pour lui parler. Un simple geste qui suffisait à le faire disparaître quelque temps, avant qu'il ne juge bon de revenir. Pour l'instant, elle avait d'autres préoccupations, notamment l'enfant qui était sur le point d'ouvrir la porte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Date d'inscription : 27/10/2015
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 8 Déc 2017 - 18:50
Un monde sans magie
Aurore La Ténébreuse | Alice au pays des merveilles
Quinze ans. Une époque complètement différente, une vie qui ne ressemblait en rien à ce qui l'attendait dans le futur, lorsqu'elle reviendrait dans son monde à elle. Alice était encore innocente, à cette époque. Une jeune fille d'une dizaine d'années avec un rêve d'explorer et de découvrir le monde. Sa vie n'était pas encore un cauchemar, bien au contraire. Dans ces mondes magiques, elle avait l'impression de vivre dans un rêve. Tout ce qu'elle s'était imaginée et plus encore ponctuait sa visite dans cet univers -ou plutôt ces, quand on sait qu'il en existe plusieurs, comme le pays d'Oz ou encore le pays des merveilles-, émerveillant la jeune fille de milliers de façons possibles.

Mais après un an, Alice s'ennuyait de son chez-soi. Quelque part, elle n'avait pas envie de se détacher de ces mondes fantaisistes, mais si elle tenait à revoir sa famille et ses proches (parce qu'elle tenait quand même à eux, même si ses parents ne lui accordaient aucune attention), elle devait trouver une façon de retourner dans son monde. Elle avait l'intention de revenir ici dans le futur, mais pour l'instant, c'était sa maison qu'elle souhaitait voir le plus. Elle en était venue à aller voir la Ténébreuse malgré la réputation qu'elle avait, même s'il fallait dire qu'à son âge, la petite avait encore cette vision du monde qui lui donnait un peu trop confiance en tous ceux qu'elle rencontrait, même si souvent, elle ne devrait pas.

Son voyage l'avait mené dans cette zone reculée du royaume enchanté. Elle était parvenue à trouver le lieu où vivait l'une des plus grandes sorcières de cette époque, si ce n'était pas déjà la plus puissante. Aller à l'encontre de la Ténébreuse aurait été du suicide, mais heureusement, Alice n'était pas là pour ça. De sa volonté était née la détermination dont elle avait besoin pour se rendre jusqu'ici, ses espoirs emplissant son cœur d'un désire puissant. Elle ne pouvait pas deviner que quelque part entre ses murs, on pouvait lire en elle ses désires les plus importants, ceux qui s'encraient au plus profond de son être et dans son cas, celui d'avoir une façon de rentrer au bercail.

Le château avait presque été plus facile à trouver qu'il l'était de ne pas se perdre à l'intérieur. La pauvre semblait tourner en rond, choisissant couloir après couloir dans l'intention de retrouver la maîtresse des lieux, sans jamais n'y parvenir. Mais elle n'abandonnait pas et elle continuait son chemin. S'essayant à ouvrir toutes les portes qu'elle trouvait, sans se soucier de manquer de respect aux habitants de la grande demeure. Déjà qu'elle était de nature curieuse et à ne pas toujours penser aux conséquences de ses actions, sa venue dans ces mondes étranges -principalement le pays des merveilles, il fallait l'avouer- l'avait encore plus poussé dans ses mauvaises habitudes, avec de nouvelles en prime après cette aventure.

Après un certain temps de recherche, la gamine se retrouva enfin derrière une grande porte, si énorme qu'elle se demandait comment elle pourrait trouver la force de l'ouvrir. À sa surprise, lorsqu'elle la poussa pour pénétrer dans la pièce, ce fut beaucoup plus facile qu'elle ne se l'était imaginée, comme si l'apparence mentait sur la légèreté de la porte. Alice s'en émerveilla quelques secondes, observant du sol jusqu'au haut plafond ce qui était censé protégée les habitants des lieux d'une telle entrée importune. Les gravures, les matériaux, l’épaisseur même tentait à montrer un travail bien plus que réussi, une véritable barricade quand on ne se fiait qu'à l’œil. Quelque part, peut-être que la magie y avait joué, elle qui s'immisçait dans tout par ici.

Un bruit près d'elle attira son attention et ce ne fut qu'à cet instant qu'elle remarqua la présence d'une femme, seule. La pâleur de ses cheveux et de son visage en était presque effrayante, impossible. On l'aurait bien plus que malade, c'était comme si tout son sang, comme si toutes les couleurs l'avait quitté. Des ténèbres n'étaient resté que cette blancheur, contraste effrayant avec les vêtements noirs et gris qu'elle portait. Aucune touche de clarté, aucune touche de joie dans son apparence. De la froideur, c'était ce qu'elle dégageait. Si Alice avait été un peu moins téméraire, elle aurait pris ses jambes à son cou et aurait déguerpi de là plus vite qu'il n'en fallait pour le dire, mais c'était Alice, la curieuse et l'imprudente Alice.

« Oh, pardonnez-moi, je ne vous avais pas vue. Je m'appelle Alice. »

Sa voix était douce, innocente. Elle s'inclina, montrant son respect à la femme qui pouvait la tuer d'un simple geste, bien que l'enfant ne réalisait pas vraiment ce dernier point. Elle était simplement polie, comme on le lui avait appris. Si elle pouvait paraître sans manière la plupart du temps, elle en avait au moins quelques unes encore.

« Serait-il possible pour moi de m'adresser à la reine Aurore ? »
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy No More :: Les mondes magiques :: La forêt enchantée :: Le palais de la Ténébreuse-
Sauter vers: